Contrôle technique : conseils pour éviter la contre-visite de son auto

Avec le contrôle technique qui est devenu de plus en plus rude depuis mai dernier, on peut envisager une hausse du nombre des automobilistes qui devront passer la contre-visite dans les mois à venir. Néanmoins, avec une bonne préparation, vous pourrez l’éviter. Nous allons vous donner quelques astuces…

Pourquoi une contre visite ?

Pendant le contrôle technique, le contrôleur agréé va vérifier les 133 points. Après l’évaluation, le résultat peut-être :

  • favorable : dans ce cas, il vous remet un procès verbal, colle un timbre sur votre certificat d’immatriculation et pose une vignette sur le parebrise
  • défavorable avec défaillance mineure : les défaillances ne nécessitent pas une contre-visite mais seront présent dans le procès verbal
  • défavorable pour défaillance majeure : vous devez faire réparer votre véhicule et repasser le contrôle dans un délai de 2 mois au plus tard
  • défavorable pour défaillance critique : vous avez jusqu’à minuit pour déplacer votre voiture. Et elle ne peut plus rouler jusqu’à ce que la contre-visite soit effectuée

La contre-visite est nécessaire, car au cas où le contrôleur détecterait des anomalies, vous devez les réparer pour la sécurité de tout le monde.

Quelles sont les techniques pour échapper à la contre-visite ?

Aujourd’hui, les défaillances sont passées de 410 à 610. De la sorte, avant le rendez-vous, vous devez examiner avec minutie l’état de votre véhicule. Pour cela, vérifiez :

  • les pneus et les roues de secours : l’état de la gomme (elle doit être sans entaille, ni hernie ni usure) et le gonflage. Attention ! Les deux pneus doivent avoir la même structure et la même marque
  • la carrosserie : il ne doit pas y avoir de partie saillante
  • l’éclairage et la signalisation : tous les feux doivent être en état de marche (feux de position, feux de croisement, feux de route, clignotants, feux-stops, feux de détresse, l’éclairage de la plaque d’immatriculation, les catadioptres ainsi que les témoins lumineux du tableau de bord)
  • l’échappement : il ne doit pas y avoir de fuite, la quantité de fumée doit être modérée pour répondre aux normes du contrôle antipollution
  • les freins : les plaquettes de frein, disques, tambours et flexible de freins ne doivent pas présenter un dysfonctionnement
  • l’immatriculation : les plaques doivent être en bon état, lisibles et bien fixées
  • le niveau de l’huile moteur, du liquide de frein, du liquide de direction et du liquide lave-glace doit être à la bonne hauteur
  • le pare-brise et les vitres : les fissures ne doivent pas être supérieurs à 30 cm
  • les rétroviseurs doivent être bien fixés et les ceintures de sécurité, le klaxon et le dispositif antivol fonctionnels

Bon à savoir !

Pour éviter la contre-visite, il faudrait également vider la voiture, notamment le coffre fort, et réaliser un nettoyage complet ! Enlevez aussi le siège bébé. De même, pour une révision complète, n’hésitez pas à faire un tour chez le garagiste !